Histoire du fort saint elme

Plus de 10 siècles d'une histoire tumultueuse…

Plus de 10 siècles d'une histoire tumultueuse…

Avant la construction du Fort Saint Elme, il n'y avait qu'une tour de guet édifiée au IXe siècle. Cette tour fut appelée "Torre de la Guardia". Elle permettait aux populations de se protéger des invasions maritimes des Normands ou des Barbaresques. Certains historiens font même remonter l'origine de la tour à l’occupation arabe de Collioure (740). Elle s'intègre dans un dispositif défensif plus global où l’on trouve les tours de la Madeloc, de la Massane et de Collioure. 

Lors de la croisade contre les Albigeois, le roi d’Aragon Pierre II le Catholique prit partie pour ces derniers. A l’issue d’une guerre désastreuse, les Aragonais qui dominaient tout le Languedoc doivent céder leurs droits sur cette partie du territoire au roi de France Philippe Auguste. En 1258 (traité de Corbeil 1258), le roi Saint Louis abandonne ses droits sur  la Catalogne.

 Le 27 juin 1344, le roi d’Aragon Pierre IV le Cérémonieux occupe Collioure, qui dépendait alors du roi de Majorque. Il entreprend la construction de fortifications au pied de la tour. Plus d’un siècle plus tard, lors de la première occupation française (1462 à 1493), sous Louis XI, des remparts furent reconstruits et complétés afin d’abriter une garnison plus importante. 

Un Fort pour défendre l'empire

Un Fort pour défendre l'empire

C’est l’empereur  Charles Quint, en 1538, qui décida de la construction d’un ouvrage défensif autour de la tour d’origine pour approvisionner et défendre Collioure et Port-Vendres permettant ainsi la défense de Perpignan. Son architecte Benedetto de Ravenne bâtit une forteresse à six branches capable de résister à toutes les artilleries de l’époque avec des murailles de plus de 8 mètres d'épaisseur ! Le Fort fut terminé en 1552.

Une fois la région fortifiée, l’empereur se consacra alors à son objectif, la reconquête de son héritage bourguignon. En effet, sa grand-mère n'était autre que Marie de Bourgogne, fille du Duc Charles le Téméraire. C’est pourquoi les guerres qui s’en suivirent se déroulèrent à l’est, dans le nord de la France, en Franche-Comté et surtout en Italie…

Les français à l'assaut du Roussillon

Les français à l'assaut du Roussillon

Le 16 mars 1642, les troupes françaises commandées par Louis XIII et Richelieu investissent Collioure afin de priver les troupes espagnoles de Perpignan de tout secours. Le 13 avril, les défenseurs du Fort Saint Elme se rendent avec les honneurs et les troupes espagnoles sortent  "tambours battant, enseignes au vent et balle en bouche".

L'occupation du Roussillon est définitive à l’issue du traité des Pyrénées (1659). Sous Louis XIV, Vauban  améliore le dispositif défensif de la région et de Collioure en particulier. Au Fort Saint Elme des fossés sont creusés et des défenses aménagées (1680). Pour les Français, même vaincus, les Espagnols restent une menace.

Pendant la Révolution, la région est le théâtre d’affrontements violents. En 1793, les troupes espagnoles reprennent le Fort Saint Elme et font reculer les troupes françaises. Six mois plus tard, le général  Dugommier  écrase le Fort et sa garnison espagnole sous plus de 11 000 boulets !… La forteresse est fortement endommagée. 

Plans

Plans

Le plan le plus ancien du Fort Saint Elme date de 1691.

Sous Vauban, les projets de transformations du Fort furent réalisés,
ce fut moins le cas par la suite.

Depuis, chaque année, des plans de transformations du Fort étaient établis par le Génie.

Les derniers plans datent des années 1870.
Depuis 1927, un Fort en perpétuelle renaissance

Depuis 1927, un Fort en perpétuelle renaissance

Après la Révolution, le Fort devient un magasin militaire jusqu’à sa démilitarisation en 1903.  En 1927, le Fort est acheté par un mécène, qui y fît travailler de grands architectes (Léon Azéma, Alfred Joffre,...) qui lui redonnèrent son lustre d’antan. Ce monument est inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques.
Il est privé et habité.

Picasso, un jour de passage à Collioure imagina acquérir le Fort, mais celui-ci n'était pas à vendre !

De 1942 à 1944, le Fort Saint Elme est occupé par la marine allemande qui en fait un poste d’observation pour anticiper un débarquement des Alliés. Lors du repli des troupes allemandes, Port-Vendres est détruit et le Fort est pillé. Il est reconstruit partiellement. Depuis 2000, des travaux importants ont été engagés dans le Fort comme dans les fossés et les jardins.. En 2008, le Fort Saint Elme est ouvert au public.

L'architecture du fort

  • Le Fort Saint Elme fait partie de ces rares fortifications qui ont été utilisées pendant plus de deux siècles sans subir de transformations majeures. Il est vrai que les plus grands architectes se sont penchés sur sa construction.

    Tout d'abord, le catalan Francisco Ramiro Lopez qui a construit les premières fondations du Fort. C'est en suite l’italien Benedetto de Ravenne qui construisit ce fort en étoile aux murailles inclinées de plus de 8 mètres d'épaisseur. Enfin c'est Vauban qui conçut les fossés et installât des couronnes de briques dont les éclats sont moins dangereux que ceux de la pierre.

    Muraille 01
    Muraille 02
    Muraille 03
    Muraille 4
    Muraille 5
    Muraille 6
  • Les fossés du Fort Saint Elme ont été aménagés par Vauban qui souhaitait améliorer les défenses extérieures du Fort. Celui-ci a dessiné de vastes espaces permettant à l'infanterie de manœuvrer à l'abri de la mitraille. Plusieurs marches permettent d'accéder à la contre-escarpe devant laquelle un glacis aujourd'hui arboré a été installé. Cet ouvrage est couronné de briques rouges.

    Fosse 01
    Fosse 02
    Fosse 03
    Fosse 4
    Fosse 5
    Fosse 6
  • Ailleurs, des jardins ont été créés dans les années 1930. Détruits à la fin de la seconde guerre mondiale, ils sont aujourd'hui progressivement réhabilités. On y trouve des plantes provenant principalement du Mexique, conquis par Hernán Cortés entre 1519 et 1521.

    Jardin 01
    Jardin 02
    Jardin 03
    Jardin 4
    Jardin 5
    Jardin 6

Armement

Le Fort Saint Elme abrite une importante collection d’armes du Moyen-Age et de la Renaissance.

Ces armes viennent toutes d'Occident. On y découvre des hallebardes, des piques, des lances, des corsesa, des faux de guerre, des armures, des casques  (morion, cabasset, capeline,…), mais aussi des épées, des canons… Toutes ces armes qui ont été utilisées par des soldats français, espagnols, allemands, italiens ou encore turcs ont une histoire particulière. Ainsi, notre "Bec Corbin" a été utilisé lors des batailles de Granson et de Morat, nos armures ont été portées à Pavie, à Bréda, ou à Alger, nos boucliers turcs ont servi à Collioure (occupation de la ville par les Turcs
en 1471), à Grenade, à Vienne ou à Lepante !

Nos médiateurs sont là pour vous faire vivre une épopée exaltante avec des personnages hauts en couleurs.

Arme01
Arme02
Arme03
Arme04
Arme05
Arme06
Arme07
Armure01
Armure02
Armure03
Armure04
Armure05
Bouclier02
Bouclier04
Bouclier06
Bouclier07
Bouclier08
Bouclier09
Bouclier10
Bouclier11
Bouclier12
Bouclier13
Bouclier14
Bouclier15
Canons01
Canons03
Canons04
Canons05
Casque01
Casque02
Casque03
Casque04
Casque05
Casque06
Casque07
Casque08
Casque09
Casque10
Casque11
Casque12
Casque13
Casque12
Casses Tête
Cassetete01
DSC 0175
DSC 0176
DSC 0177
DSC 0200
DSC 0296
DSC 0322
DSC 0415
DSC 0179
DSC 0274   Copie
DSC 0314
DSC 0462
DSC 0472
DSC 0131
DSC 0133
DSC 0213
DSC 0279
DSC 0435
DSC 0209
DSC 0219
DSC 0302
DSC 0305
DSC 0440
DSC 0458
DSC 0149
DSC 0254
DSC 0259
DSC 0283
DSC 0292
DSC 0368
DSC 0414
DSC 0140
DSC 0143
DSC 0171
DSC 0418
Cassetete 1
Cassetete 2
Cassetete 3
Cassetete 4
Canon 1
Canon 2
Canon 3
Canon 4
Canon 5
Canon 6
Armure06
Armure07
Armure08
Armure09
Armure10
Armure11
Bouclier16
Bouclier17
Lance01
Lance02
Lance03

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous acceptez leur utilisation. En savoir plus

J'ai compris

Un cookie est défini par le protocole de communication HTTP comme étant une suite d'informations envoyée par un serveur HTTP à un client HTTP, que ce dernier retourne lors de chaque interrogation du même serveur HTTP sous certaines conditions.

Le cookie est l'équivalent d'un petit fichier texte stocké sur le terminal de l'internaute. Existants depuis plus de 20 ans, ils permettent aux développeurs de sites internet de conserver des données utilisateur afin de faciliter leur navigation et de permettre certaines fonctionnalités.

Le Fort Saint Elme utilise les cookies pour recueillir des statistiques sur le nombre de visiteurs et les pages visitées lorsque vous naviguez sur notre sites Web. Nous utilisons les cookies afin d'améliorer l'utilisation du site pour chaque visiteur.